Des recettes pour toute le famille, des recettes sans gluten des recettes sans blé des desserts sans céréales beaucoup de recettes de légumes des recettes toujours allégées en sucre des recettes végétaliennes d'autres végétariennes des recettes qui respectent les principes de combinaison

Aujourd’hui une salade gourmande complète, sans céréales, à base  d’un mélange de légumes et de tofu au basilic…

L’idée est ici d’utiliser le tofu comme on utiliserait un fromage …

Soyons bien d’accord, ne vous amusez pas à comparer  cette recette à base de tofu avec du fromage,  les deux sont incomparables…Prenez juste le temps de savourer cette salade pour ce qu’elle est, sans comparaison aucune, appréciez le moment présent.

Aller à la découverte  d’autres gouts et d’autres textures, c’est aussi ça  manger sainement.  Faites place à la variété, soyez curieux et sans préjugés… Vous n’êtes pas végétarien, encore moins végétalien, et alors, peu importe. Rien de ne vous empêche de tester et surtout laissez vous du temps pour apprécier un nouveau produit.

C’est comme pour les enfants, le cerveau a besoin  de temps en temps de revenir sur un ou deux aliments nouveaux, parfois trois fois avant de l’apprécier. Et puis si un aliment ne vous plait pas à la première dégustation,  ressayez une seconde fois en le préparant différemment …

Concernant le soja vous avez sûrement entendu tout et son contraire, voilà ce que je peux rapidement vous dire ;

  • Personne n’est encore mort en consommant du soja wp-monalisa icon,donc pas de panique, il vaut mieux avoir une assiette contenant du soja que de consommer des produits trop sucrés, trop industrialisés, trop raffinés…
  • Ce qui peut poser problème pour certains est la richesse du soja en isoflavones, mais seuls les personnes ayant des antécédents de cancer hormono-dépendant sont concernés puisqu’ils doivent en contrôler l’apport. Et il ne s’agit pas seulement du soja mais de tous les aliments riches en phytohormones ( lin, sésame, houblon, fenouil, réglisse…). Dans ce cas il n’est même pas question de supprimer le soja  mais d’ adapter  rigoureusement  les quantités consommées.
  • Ne pas oublier que les  isoflavones sont avant tout  bénéfiques, ce sont des anti-oxydants protecteurs de notre santé et notamment vis à vis des cancers, du système cardio-vasculaire, de la ménopause… Le problème concerne uniquement l’excès de consommation de phytohormones pour les personnes ayant des antécédents de cancer. Dans ce cas, les phytohormones peuvent semble t-il stimuler la croissance tumorale,  d’où une surveillance légitime et nécessaire  quand à la quantité  apportée par son alimentation …
  • En occident on estime que la consommation moyenne d’ isoflavones se situe entre 3 et 5 mg/ jour  alors que chez la population asiatique elle se situe entre 25 mg et 45 mg /J. Chez les japonnais la consommation journalière peut atteindre semble t-il  200 mg. Pourtant d’après toutes les statistiques, le taux de cancers hormono-dépendants est bien plus bas en Asie …et indépendamment du type de soja consommé …
  • Sachez que l’on recommande de manière générale de ne pas dépasser les 1 mg  d’isoflavones/ kg de poids corporel.
  • Une consommation  d’environ 35 à 45 g de protéines de soja/j   aurait un effet protecteur cardio-vasculaire  ( il ne s’agit pas de la quantité de soja consommé mais bien de la quantité de protéines contenue dans un morceau de soja…), en modifiant les proportions des lipides sanguins ( cholestérol et LDL ).
  • La teneur en phytoestrogènes d’un aliment varie en fonction sa variété et de son mode de production, toutefois il est estimé que 100g de graines de soja  ( poids cru ) contiennent 200 mg d’isoflavone, 100 gr de tofu environ 23 à 27 mg, pour le tempeh 43 mg, 100 g de yaourt de soja environ 8 mg, et 200 ml  de « lait de soja » tourne autour de 20 mg…
  • Si vous ne consommez qu’occasionnellement du soja, choisissez celui qui vous fait plaisir peu importe la forme de soja que vous prenez…
  • Si vous êtes végétarien  ou végétalien  ;  Variez vos apports en protéines, ne misez pas tout sur le soja, faites des repas avec et sans…Lorsque l’on consomme des céréales ou légumineuses à tous les repas et en quantité relativement importante,  il peut être intéressant de tenir compte  de la présence des facteurs anti-nutritionnels.  Sur le long terme, ces facteurs  peuvent être  responsables de carences importantes. Le soja est considéré comme une légumineuse n’échappe pas à la règle  et contient aussi des phytates et inhibiteurs de trypsine. Donc si vous êtes un grand consommateur de céréales et légumineuses vous avez peut être tendance à cumuler ces facteurs anti-nutritionnels, dans ce cas  pensez à varier les formes de soja et privilégier celles qui sont  fermentées  (temphé, miso). Pour rappel, le trempage, la cuisson et la fermentation permettent de diminuer les facteurs anti-nutritionnels.
  • Si vous consommez de la viande et / ou du poisson et que le soja fait aussi  partie intégrante de votre alimentation pour compléter vos apports en protéines,  orientez vous vers le plus simple, le moins trafiqué possible, peut importe la forme de soja. Plus que le soja lui même c’est le procédé de transformation industriel qui peut parfois être préjudiciable.
  • Les yaourt de soja nature et bio sont intéressants  pour leur apport en probiotiques.
  • Le lait de soja, et tofu ferme et soyeux ne font pas partie des formes de soja les plus intéressantes, leur procédé de fabrication fait disparaitre la majeure partie des nutriments intéressants. Ceci dit  consommés en quantité modérée, ils permettent de varier l’alimentation, apportant des sources différentes de protéines et de  lipides…
  • Pour conclure, le soja n’est ni bon ni mauvais pour la santé, tout est question de quantité et de bon sens. Évitez juste de cumuler dans la même journée 250 ml de lait + 3 yaourts de soja  et 200 gr de tofu au repas principal …là on est dans le trop…Ce qui est valable pour un adulte l’est encore plus pour un enfant. La variété et un des maître-mot de l’alimentation saine…

Des recettes pour toute le famille, des recettes sans gluten des recettes sans blé des desserts sans céréales beaucoup de recettes de légumes des recettes toujours allégées en sucre des recettes végétaliennes d'autres végétariennes des recettes qui respectent les principes de combinaison

Ingrédients ; pour 2 à 3 portions

Fromage de tofu au basilic ;

200 gr de tofu nature

2 belles poignées de basilique frais

1 c à c d’ail en poudre

2 c à c de levure de bière

1 c à c de vinaigre balsamique

+ Option ; 1 à 2 c à c d’huile d’ olive

Sel gris au goût

Passer tout au mixeur sans s’y attarder, 4 pulses suffisent…

L’accompagnement de  légumes ;

4 courgettes coupées en lamelles dans le sens de la longueur

Salade iceberg  ( pour son croquant )

250 à 300 gr de tomates cerises olivettes   ( plus goutteuses )

1/4 d’ oignon rouge émincé

Quelques feuilles de basilic

Vinaigrette maison  au vinaigre balsamique et moutarde douce

 

A l’aide d’une poêle  grill en fonte,  ou d’une plancha,  à défaut à la poêle, faire griller quelques minutes et sur les deux faces les lamelles de courgettes. Saler à mi-cuisson.

Laisser refroidir…

Couper les tomates cerises en deux.

Réunir tous les légumes dans un saladier, arroser de vinaigrette, ajuster l’assaisonnement.

Dresser en commençant par des feuilles croquantes d’iceberg, quelques gouttes de vinaigrette, ajouter les légumes, parsemer de tofu au basilic, finir par quelques feuilles de basilique frais…

 

 Note ;

Attention ! si vous mixez trop longtemps le tofu vous n’allez pas obtenir un simili fromage mais un simili de bouillie wp-monalisa icon

%d blogueurs aiment cette page :